ÉVENTUELLE GESTION UNILATÉRALE DES SUBVENTIONS PAR LES DIRECTEURS DANS LES ÉCOLES MATERNELLES PRIMAIRES PUBLIQUES : Pourquoi Salimou Karimou veut retourner dans le passé ? (À qui profitera l’arrêté de la discorde?)

No Comments Actualites
Reading Time: 2 minutes

Critiques acerbes et vagues de mécontentements s’abattent sur la tête du ministre de l’enseignement maternel et primaire, qui n’arrive pas à percevoir les tensions de l’avenir. Certaines indiscrétions persistantes et pertinentes selon lesquelles le ministre Salimane Karimou serait entrain de projeter un arrêté qui permettrait aux directeurs d’écoles de gérer unilatéralement les subventions étatiques se font entendre. Cette décision va pourtant à l’encontre du principe de séparation d’ordonnateur et de comptable. La gestion unilatérale des subventions ouvre la porte aux détournements et aux mauvaises gestions de toutes sortes. Elle avait d’ailleurs montrer ses limites. C’est pour cela que la loi du 11 Décembre 1990 qui poussait vers la gratuité de l’école a inspiré les autorités qui ont depuis décidé de recruter et de former des comptables qui sont à la disposition des écoles. Il y a alors une synergie d’action entre ces derniers, les directeurs d’écoles et les association des parents d’élèves. Le processus permet d’ailleurs aux chefs de circonscriptions scolaires et aux directeurs d’écoles de vaquer avec efficacité dans leurs tâches administratives et pédagogiques. Reduire les comptables à l’inaction aujourd’hui, dans un contexte de cantines scolaires et jumelages des classes suscite des questionnements. Que pourrait viser cette violation flagrante du principe de base de la comptabilité publique? Les lobbies des directeurs d’écoles auront – ils raisons des principes de droits et des modes de gestions qui ont longtemps prouvé leurs efficacités? Toujours est – il que le ministre ne devrait crier des euphories justifiées par rapport à l’arrêté projeté. Ce dernier sèmerait inévitablement la discorde entre les comptables, les directeurs d’écoles et les parents d’élèves. Il ouvrirait d’ailleurs les portes à d’éventuels détournements.
Dans cette tentative de retour en arrière du ministre de l’enseignement maternel et primaire, au milieu des piques et polémiques, il revient au chef de l’État d’arrêter l’obscurantisme à travers un déploiement indispensable d’harmonie et de mélodies acclamées : l’annulation pur et simple de l’arrêté projeté.

Franck s. DANTON

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Reading Time: 2 minutes