ÉDUCATION / LES ASPIRANTS AU MÉTIER DE L’ENSEIGNEMENT: frustrés ou désillusionnés?-NordBenin.

Reading Time: 1 minute

Ils ne pourront plus exercer dans les collèges privés mais travailleront désormais 20 à 22 heures par semaine au lieu de 9 heures pour une rémunération non conséquente; c’est la raison du mécontentement des prés de 16.000 enseignants vacataires reconvertis en aspirants au métier de l’enseignement.
Ces derniers peines à accepter le contrat que leur propose l’ANPE dans le cadre du programme de leur pré-insertion dans l’enseignement. Les émoluments à eux proposés n’est pas à leur goût. Dans un texte publié le lundi 30 septembre, leur porte-parole Eddy Camille Kotto s’interroge ‹‹ Est-il aisé pour nous de passer de 200.000f à 100.000f d’allocation mensuelle? Puisque notre salaire est dorénavant compris entre 95.000f et 125.000 pour 80-88 heures de cours par semaine avec interdiction d’exercer dans les privés. ›› L’autre problème qui les exaspère est que, croupissant sous le poids d’une fragilité financière parce que n’ayant rien perçu comme salaire depuis 3 mois, certains de ces aspirants sont affectés à des centaines de kilomètres de leur lieu de résidence sans accompagnement aucun ( Des enseignants résidents à Cotonou et ayant composé à Cotonou se sont retrouvés à kandi, Kouandé, Pèrèrè, Parakou…). Vivement que cette situation n’influe pas sur la qualité de l’enseignement.

Franck LOKOSSOU

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Reading Time: 1 minute